Jacques Ellul pour tous, entretien avec Frédéric Rognon

- Catégories : Nouveauté , Vidéo

Jacques Ellul (1912-1994) sociologue et théologien protestantImpossible d'entendre un exposé de droit, d'économie, d'écologie ou d'éthique sans entendre le nom de Jacques Ellul, sociologue et théologien protestant.

Sa pensée est foisonnante, ses écrits abondants... de quoi se perdre un peu ! Qui mieux que Frédéric Rognon, théologien spécialiste de la pensée d'Ellul, peut nous guider ?

Pour comprendre la pensée de Jacques Ellul est un ouvrage de référence, à la fois complet et très accessible, qui se lit d'abord comme un "dictionnaire amoureux", puis comme un répertoire des œuvres d'Ellul. A placer dans toutes les bonnes bibliothèques !

Entretien avec Frédéric Rognon

Conférence de Frédéric Rognon, à la Médiathèque protestante du Stift

"Actualité de Jacques Ellul, autour de trois parutions de 2022", conférence de Frédéric Rognon à la Médiathèque protestante du Stift le jeudi 12 janvier 2023.

Jacques Ellul pour tous (Introduction de l'ouvrage)

Jacques Ellul serait-il en train de devenir, enfin, prophète en son pays ? Ignoré voire ostracisé de son vivant, sauf dans ces deux microcosmes qu’étaient la mouvance de l’écologie radicale et la minorité protestante (où il n’était pas toujours apprécié, mais plutôt considéré comme un trublion), voici que, presque trente ans après sa mort, il bénéficie d’une certaine reconnaissance.

Et même d’une reconnaissance certaine. S’il n’a toujours pas son entrée dans le Petit Robert des noms propres, il est devenu une référence souvent citée dans les médias, de La Croix à France Culture, en passant par les hors-séries du Point, dès que l’on aborde des thématiques liées à la technique, à l’écologie, à la propagande. Ses livres sont presque tous réédités, et constituent un succès de librairie. Nombre de chrétiens se tournent vers lui pour qu’il les aide à dessiner une attitude juste et fidèle à Jésus-Christ, face aux défis technologiques et environnementaux du xxie siècle. Les catholiques le découvrent : depuis les éditions Bayard qui ont publié son commentaire inédit de l’épître de Jacques, jusqu’à l’Institut catholique de Paris, où sa pensée est enseignée. Quant au protestantisme français, il le redécouvre : il est rare que son nom ne soit pas cité dans un numéro de l’hebdomadaire Réforme ; nombre de prédicateurs se nourrissent de ses livres. Et Jacques Ellul a été une véritable source d’inspiration et une référence récurrente lors du processus synodal de l’Église protestante unie de France (ÉPUdF) consacré à l’écologie ; la notion de « puissance retenue », qui constitue l’un des axes structurants de la déclaration adoptée lors du Synode de Sète en octobre 2021, est directement issue du concept de « non-puissance » élaboré par Jacques Ellul, qu’elle ne fait que reformuler.

On connaît la fameuse formule biblique : « Nul n’est prophète en son pays… » Cette expression s’applique assez exactement à la figure de Jacques Ellul. Durant sa vie, il était bien plus célèbre aux États-Unis (où il ne s’est jamais rendu…) que dans sa propre patrie. Sa pensée est étudiée sur les campus américains et canadiens depuis les années 1960, et le nom de Jacques Ellul est connu par l’homme de la rue au même titre que celui de Sartre en France. En Corée du Sud, toutes ses œuvres sont traduites, et parmi les sociétés savantes consacrées à sa pensée dans le monde, l’Association coréenne Jacques Ellul (KJES) est celle qui compte le plus de membres. En Italie, au Brésil, en Espagne, Jacques Ellul est traduit et fait l’objet de colloques.

La France découvre alors qu’un de ses enfants n’avait eu que le tort d’avoir raison trop tôt. La crise climatique, les catastrophes industrielles, les débats autour de l’énergie nucléaire, la montée du terrorisme incitent un certain nombre de nos contemporains à le lire ou à le relire. Un journaliste du Canard enchaîné a même considéré que Jacques Ellul avait (presque) tout prévu. N’était-il pas, finalement, un penseur du xxie siècle égaré dans le xxe ? Dans le brouillard des idées et de la marche de l’histoire, peut-être a-t-il encore quelque chose d’éclairant, sinon de salutaire, à nous dire.

Mais si tel est le cas, par quelle porte d’entrée s’introduire dans sa pensée ? Le lecteur curieux, intéressé, de bonne volonté, ne peut qu’hésiter devant une œuvre d’une telle ampleur : 67 livres, 1160 articles… Par quoi commencer ? Où trouver une grille de lecture précieuse pour notre temps ?

Et que lire si l’on cherche à savoir ce qu’il a écrit sur tel ou tel sujet ? Car Jacques Ellul a traité de quasiment toutes les questions qui constituent notre quotidien : la technique, l’argent, la politique, la propagande, la violence, la délinquance, la famille, la bioéthique, l’image, l’art, la foi, la prière, l’espérance, l’engagement, la Bible, la nature, la justice, l’islam… Pour ne citer que les principales… Avec à chaque fois une perspective originale, critique, stimulante, dérangeante, corrosive. Jacques Ellul ne peut laisser indifférent.

S’il est difficile d’être en accord avec la totalité de ses positions, chacune d’entre elles donne à penser : elle renvoie le lecteur à lui-même, et l’oblige à se déterminer. Mais à condition de ne pas être dérouté, voire découragé, par les dimensions de l’œuvre, par le maquis des textes, par la rigueur d’une pensée exigeante.

L’idée de ce livre est née de cette interrogation : quel fil d’Ariane dans ce labyrinthe ? C’est pourquoi nous avons voulu lui donner la forme et la structure d’un manuel. Il s’agit d’offrir au lecteur un outil pratique pour se repérer dans l’œuvre ellulienne, mais aussi pour aller directement au sujet qui l’intéresse, ou pour feuilleter le livre sans nécessairement le lire du début à la fin.

Les deux premiers chapitres sont des présentations synthétiques, en quelques pages, de la vie et de la pensée de Jacques Ellul. Ils permettent de prendre connaissance des données essentielles, et de saisir les grandes lignes d’un itinéraire biographique ainsi que la structure logique d’une œuvre.

Le troisième chapitre se présente sous la forme d’un dictionnaire. Une cinquantaine d’entrées, classées par ordre alphabétique, indiquent les principaux éléments du regard de Jacques Ellul, ou de ses relations avec tel ou tel sujet : Jacques Ellul et… l’espérance, la psychanalyse, l’apartheid, les Synodes, Karl Barth…

Le quatrième chapitre offre une mise en contexte et un résumé de chacune des 67 œuvres. Le lecteur peut ainsi s’informer, en quelques pages, du contenu de tel ou tel livre de Jacques Ellul.

Enfin, le manuel se termine par une bibliographie exhaustive (au jour d’aujourd’hui, car de nouvelles publications sont à venir) des ouvrages et des articles (et contributions à des livres collectifs).

Nous espérons ainsi aider le lecteur à mieux comprendre la pensée de Jacques Ellul. Il ne s’agit pas d’un « Ellul pour les nuls » (l’élégance de l’allitération ne compensant guère la familiarité du propos…). Il s’agit bien plutôt d’un « Jacques Ellul pour tous » (et pour « tout un chacun »). Car chacune et chacun d’entre nous mérite d’avoir accès à cette pensée, et de bénéficier de sa vigueur décapante et revivifiante. Une pensée qui voudrait faire de nous des femmes et des hommes plus conscients, plus libres et responsables. Abreuvés d’une nouvelle espérance, des femmes et des hommes debout.

Partager ce contenu