Galette et la Cruche (La) Tome 3
Nouis Antoine

17,54 €

  • Nouveau
  • Envoyer à un ami

    Galette et la Cruche (La) Tome 3

    Galette et la Cruche (La) Tome 3

    Prier et célébrer à partir de la Bible, du Talmud, des Pères. Une méditation renouvelée de la Bible, 3 tomes de 160 pages. Une mine pour liturges et prédicateurs : célébrations originales pour la sainte-cène, prières de louange, de repentance, appels à l’Esprit...

    Destinataire :

    * Champs requis

      OU  Annuler

Prier et célébrer à partir de la Bible, du Talmud, des Pères. Une méditation renouvelée de la Bible, 3 tomes de 160 pages. Une mine pour liturges et prédicateurs : célébrations originales pour la sainte-cène, prières de louange, de repentance, appels à l’Esprit...

ISBN : 9782354791209

Parution : 01/12/2002

Edition : REVEIL PUBLICATIONS

Présentation : broché

Poids : 336 grammes

Nb. de pages : 160

Livre neuf

17,54 €

Les trois tomes de la Galette et de la cruche sont une mine pour les liturges. Elles sont aussi une mine pour renouveler la méditation et la prière quotidienne. Chaque tome présente une particularité liturgie. Le tome 1 présente des célébrations de cène originales, le tome 2 présente des textes d’envoi, et le tome 3 des confessions de foi et d’intercession. Mais chacun des textes proposés est en fait le fruit d’une méditation et d’un approfondissement d’une parole de la Bible. Ici elle devient prière, louange, confession des péchés, proclamation de la grâce, intercession, confession de foi, envoi. Mais la source d’inspiration n’est pas seulement la Bible : ce sont les écrits du Judaïsme, le Talmud, les targums, les écrits hassidiques, les Pères du désert et d’autres encore… Une richesse spirituelle qui fait entrer le lecteur dans les profondeurs de la communion avec Dieu. Tome 3 – Troisième service - Préface Quatre ans après le deuxième volume de la Galette et la Cruche, voici le troisième service. Il est le fruit de textes et de prières qui ont été rédigés pour les cultes que j’ai animés ces dernières années.Le but de la liturgie est la mémoire. Le commandement qui revient le plus grand nombre de fois dans le Premier Testament est : Tu te souviendras. Une de ses premières apparitions se trouve dans le chapitre 13 de l’Exode. Il faut s’imaginer la scène : Moïse a dit aux Hébreux que la libération était pour la nuit suivante. Un peuple de six cent mille hommes, plus les femmes et les enfants, en haillons, se prépare à fuir pour accéder à la liberté. On imagine une grande ferveur, mais aussi une angoisse car, avant d’arriver au désert, il y a une mer à traverser. Après la mer viendra la confrontation avec les pillards du désert, sans compter la faim et la soif, la chaleur torride le jour, et les nuits glacées. Et puis, quelle sera la réaction des Égyptiens ? C’est dans cette atmosphère que Moïse prend la parole car il a une déclaration à faire de la part de Dieu. Tout le monde se tait dans l’attente d’une parole forte. Moïse déclare : J'ai une dernière recommandation à vous transmettre : Quand vous serez arrivés en terre promise, vous n'oublierez pas votre libération, et vous en parlerez à vos fils. À cette heure cruciale, la chose la plus importante que Dieu veut transmettre à son peuple est : N'oubliez jamais ce qui va se passer, et répétez-le à vos enfants ! Dans le judaïsme, les liturgies ont comme premier objet d’entretenir la mémoire. L’histoire des Hébreux a été mouvementée, avec des périodes de grâce, mais aussi des épisodes très noirs. Dans les moments où on ne sait plus ce que fait Dieu, on résiste par la mémoire : on se souvient. Souvent les Psaumes sont construits sur ce modèle… Où es-tu, Seigneur, dans mon épreuve ?… Je me souviens des jours d’autrefois. Ce n’est pas parce qu’on ne voit pas Dieu qu’il n’est pas là, la mémoire est une façon de le rendre présent.Chaque fois que le peuple s’éloigne de Dieu, un prophète se lève pour lui demander de se souvenir de son histoire. Le drame qui perturbe les relations entre Dieu et Israël est l’oubli. Lorsque Dieu fait un procès à l’humain, il lui reproche son manque de mémoire. Inversement, l’homme biblique, dans son malheur, demande à Dieu pourquoi il l’a oublié. Cette lutte de la mémoire contre l’oubli est permanente.Aujourd'hui, la démarche liturgique est une façon d’écouter le commandement de mémoire. Elle a un caractère objectif, extérieur à nos sentiments. Elle dit la louange même quand nous sommes tristes, la repentance même quand nous avons oublié Dieu, le pardon même lorsque nous sommes enfermés dans la rancune, la foi même quand la nôtre est en crise, l’intercession même quand nous avons tendance à nous replier sur notre égoïsme. Elle nous remet en mémoire le Dieu que nous trouvons dans l’Évangile. Les textes liturgiques qui composent ce volume ont été inspirés par la méditation de textes bibliques ainsi que par des perles que j’ai découvertes au détour de mes lectures et de mes travaux théologiques. Encore une fois, j’ai trouvé dans la tradition rabbinique une source d’inspiration féconde, mais j’ai aussi puisé quelques pensées fertiles chez les Pères de l’Église et notamment les Pères du désert, ainsi que dans les écrits de théologiens plus contemporains. Ces passerelles lancées entre les traditions religieuses et la prière témoignent d’une certaine manière de concevoir la théologie. Prenons l’exemple du texte de déclaration du pardon qui dit : Tu es un pécheur, un très grand pécheur, incurablement, mais tu peux aller, tel que tu es, à Dieu qui t'aime. Il te veut tel que tu es, sans que tu fasses rien, sans que tu donnes rien, il te veut toi-même, toi seul... Ce texte vient d’un livre de Dietrich Bonhoeffer sur la vie communautaire. Quelques jours après avoir entendu ce texte comme déclaration du pardon, un membre de l’Eglise m’a dit combien cette idée d’un Dieu qui, par son pardon, nous accueillait dans notre péché, l’avait aidé à dépasser un problème personnel qui le hantait depuis plusieurs années. Cet homme n’aurait jamais entrepris la lecture d’un livre de Bonhoeffer (bien que ce théologien reste parmi les plus accessibles des « grands » du siècle qui vient de s’achever). C’est la liturgie qui a permis de faire le pont entre la pensée du théologien et la vie de cet homme.Par rapport aux volumes précédents, j’ai ajouté des textes d’intercession et de confession de foi. Fidèle à la démarche des autres volumes, j’ai pris des récits bibliques (dix paroles, prière du Notre Père, les béatitudes...) pour dire la foi devant les hommes et la prière devant Dieu.Puissent ces textes aider à la mémoire et à l’animation de cultes vivants et vivifiants ! Antoine Nouis" Né en 1955, marié et père de quatre enfants, Antoine Nouis est pasteur de l'Eglise Réformée de France. Après un séjour d'une année avec sa famille dans une communauté de vie mennonite aux Etats-Unis, il exerce actuellement son ministère à Valence dans la Drôme. Passionné par la question du témoignage et chargé de responsabilités régionales dans ce domaine, il a toujours cherché une annonce de l'Evangile qui soit à la fois authentique, profonde et tolérante. Il est l'auteur de deux recueils de textes liturgiques et anime chaque été des retraites spirituelles.

Dans la même catégorie :

icon

Des questions ?

Accéder à notre FAQ

icon

Paiement sécurisé

Transaction sécurisée via notre banque.

icon

Envoi rapide

Expédition de votre commande sous 48h.